Alors grande mode ou nécessité pour la planète et notre santé ?

J’ai assisté samedi 23 septembre, à une conférence de Béa Johnson à Dijon. Nous étions entre 1000 et 1200. Je la considère comme la « Papesse » du Zéro déchet. C’est quelque chose qui me préoccupe depuis 3-4 ans. C’est devenu un peu plus concret ces derniers mois, et surtout après la lecture de son livre « Zéro déchet – 100 astuces pour alléger sa vie » Ce livre est une mine d’or pour alléger ses déchets, alléger son budget et redonner du souffle à la planète. Cette française habitant aux Etats-Unis raconte dans son livre comment elle est passée d’une poubelle de 240 litres toutes les semaines à une poubelle d’un litre par an. De plus, ce mode de vie lui a permis de faire 40% d’économie, simplement en réduisant ses déchets.

Qui dit réduire ses déchets, dit aussi désencombrer les décharges et assainir la nature. Nos poubelles sont incinérées ou enfouies. Elles polluent l’air que nous respirons lorsqu’elles partent en fumée et polluent le sol qui nous nourrit lorsqu’elles sont enfouies. Acheter moins c’est consommer moins d’énergie et moins d’eau à la fabrication de ces objets mais aussi moins polluer lorsque les objets sont en fin de vie.

Lors de cette conférence Elle a partagé ses expériences pendant 2h. C’était très constructif. Mais comme elle dit : acheter c’est voter ! Si vous achetez c’est que vous aimez, donc, la production continue.

 

J’ai donc décidé à mon petit niveau de faire quelque chose pour ma santé et celle de ma famille, et pour ma planète car je crois qu’elle le vaut bien.

Je ne prétends pas faire zéro déchet, mais j’essaie en ce moment de limiter au maximum mes déchets.

Petit retour sur mes déchets :

Nos poubelles débordaient de choses en tout genre… Nous jetions une poubelle d’ordures ménagères de 240 litres toutes les 2 semaines (pour 5 personnes : 2 adultes et 3 enfants).

En 2012, année où nous avons payé nos poubelles au poids, je n’ai rien voulu changer à mes habitudes, pour avoir un tarif de référence sur une année et un poids

2012 = 300 kg de déchets

J’ai trouvé cela exorbitant, et je suis passée à l’action :

En 2013, j’ai fabriqué un composteur d’environ un bon mètre cube ce qui a limité les déchets alimentaires (épluchures de légumes, coquilles d’œuf, fruits et légumes pourris…)

P1120251

2013 = 252 kg de déchets

 

En 2014, nous avons acheté 3 poules. En plus de limiter nos déchets, nous avions des œufs frais.

2014 = 169 kg de déchets

 

Puis régulièrement, petit à petit, j’ai remplacé du jetable par du lavable.

Ce qui a considérablement diminué nos poubelles :

2015 = 112 kg de déchets

2016 = 86 kg de déchets

2017 = jusqu’à aujourd’hui 76 kg de déchets (début 2017 j’ai échangé mes poubelles de 240 litres par des poubelles de 140 litres. Le tarif de l’abonnement de la poubelle grise est donc passé de 186 euros à 118 euros/an). Dommage que l’on ne puisse pas prendre une poubelle encore plus petite…. J’ai donc pour le moment réduit mes poubelles d’au moins 50 % (et de 2 tiers la facture). J’attends la dernière facture de l’année mais je n’ai pas trop peur car je n’ai pas mis ma poubelle sur le trottoir depuis fin juillet. Il n’y a presque rien dedans.

Pour mieux comprendre, je vous expliquerai un peu ce que j’ai fait et le discours de Béa Johnson pour réduire ses déchets.

A bientôt...